CNERV

Le Centre National d’Elevage et de Recherches Vétérinaires (CNERV) a été créé par le décret N°73-090/PR/MDRE/DEL du 04 Avril 1973. C’est un établissement Public à caractère administratif. Il a été restructuré par le décret N°94-110 du 31/12/94. Il a une vocation scientifique et est doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

I.1. Organigramme du CNERV

  •   Directeur et directeur adjoint
  •   Service Epidémiologie
  • Service Parasitologie
  • Service Pathologie Infectieuse
  • Service Zootechnie
  • Service Administratif
  • Service Comptabilité

I.2. Pôles de compétences du CNERV

  •   les enquêtes épidémiologiques,
  • le diagnostic des maladies animales,
  • le contrôle de la qualité microbiologique des denrées animales,
  • les activités de recherche en santé animale,
  • les recherches en zootechnie,
  • l’analyse bromatologique des aliments du bétail,
  • le conseil aux éleveurs.

I.3. Situation de référence du CNERV

Le Centre a pour but de permettre et de favoriser toute recherche médicale vétérinaire et zootechnique utile au développement de l’élevage (Diagnostic et recherche notamment) et au contrôle de qualité de denrées animales.

En matière de recherche, l’effort principal a été porté jusqu’à ce jour sur les aspects vétérinaires. Les principaux sujets de recherche vétérinaire ont porté sur la bactériologie (détermination des agents causals des mammites, de la pneumonie des petits ruminants et de l’entérite des chamelons; études physico-chimique et bactériologique du lait de chamelle; épidémiologie du bacille pyocyanique, …), la virologie (pathologies virales des bovins, des petits ruminants, du dromadaire et des volailles), sérologie (maladies abortives) et la parasitologie.

Si les résultats et acquis dans le domaine vétérinaire sont avérés, c’est en grande partie grâce aux différents appuis (financiers et humains) dont il a fait l’objet pendant plusieurs décennies de la part de nombreux bailleurs de fonds et des collaborations établies avec plusieurs laboratoires régionaux et internationaux.

Dans le domaine de la zootechnie, les études conduites n’ont jamais été menées à terme. En dehors de l’analyse chimique de quelques aliments, les quelques résultats, le plus souvent partiels et incomplets, ont été obtenus grâce à des travaux entrepris par différents projets de développement.

Ces travaux ont porté sur des essais d’embouche avec complémentation alimentaire, l’enrichissement de la paille par l’urée, amélioration génétique de la volaille traditionnelle et l’incidence des cultures fourragères sur la production laitière. Aussi, avec l’appui avec de l’AIEA, il a été initié un programme de suivi des paramètres de production et de reproduction mais aussi de production des semences animales.